Spatialisations du Récit. Tome II

Le critique d’art, commissaire d’exposition, Nicolas Bourriaud invente en 2003 le terme «Géoartiste » qui qualifie la mission des artistes à observer et décrypter le monde contemporain. Il désigne également sous le nom d’« art topocritique » un art du montage, qui livre une connaissance du réel parfois plus exacte que le scientifique en conjuguant niveaux d’observation, matériaux convoqués et techniques utilisées comme des outils de construction d’un ensemble de possibles. Les tomes I et II de l’exposition «Spatialisations du récit» se proposent en deux temps de rendre visible des représentations du monde par la carte vue, le fragment (couper/coller), le puzzle, le corps par sa trace, son enveloppe et son absence. Comment les six artistes Amal Abdenour, Thierry Cauwet, Marie Chamant, Dominique Digeon, Philippe Duval et Aline Ribière partagent-ils l’expérience sensible du travail plastique à travers des pratiques hétérogènes au service d’une fiction du réel ? Par des points de vues subjectifs, leurs rapports aux autres permettent ainsi aux visiteurs à travers leurs œuvres de vivre une expérience du regard renouvelé. Etre au monde, se projeter dans un espace, dans un ailleurs :autant de questions qui s’ouvrent ainsi à la géographie, au social, au réel et à l’imaginaire.